• Nathalie Giraud Desforges

Découvrir le candaulisme à son rythme

Le candaulisme est une pratique où l'un des partenaires, généralement, l'homme, non seulement tolère complaisamment que sa femme trouve son plaisir auprès d'une tierce personne mais y trouve sa propre jouissance et libération. J'ai demandé à un couple ouvert à cette pratique de me donner plus d'informations sur le pourquoi du comment de leur relation amoureuse.


Quand le candaulisme entre dans la vie amoureuse des couples


La sexualité est évolutive, avec l'âge, le ou la partenaire, les rencontres, les évènements de la vie, l'environnement ...

La société, l'influence des médias, mais aussi la nature profonde des personnes invitent les individus à se découvrir plus intimement. Parfois cela intervient tôt dans la vie, parfois bien plus tard. Mais une chose est avérée, la connaissance de soi et sa pleine acceptation font tendre vers le bonheur. Ainsi, ne pas bloquer sa curiosité, s'ouvrir aux envies et expérimenter de nouvelles choses contribuent à ce ce bien-être. Les couples ouverts d'esprit l'ont bien compris et de plus en plus, portés par un courant médiatique et des ouvrages dont Osez le candaulisme, ils profitent aujourd'hui de cette pratique "altruiste".



Contextes sociétaux et personnels confortant une nature candauliste


En 2020 les sites échangistes éclosent plus fort que jamais. La technologie le permet, mais les moeurs actuelles contribuent particulièrement au phénomène. Le plaisir personnel avant celui partagé, est immédiat plutôt qu'à terme. Ces pulsions, égoïstes à certains égard, font partie du comportement des célibataires et couples du quotidien. L'emploi d'applications pour les plus branchés, ou la visite de clubs libertins pour les plus classiques, les moyens diffèrent mais amènent au même but.

La quête du plaisir par voie digitale l'emporte sans surprise auprès des 24-35 ans. Déjà, dans cet âge du couple que l'on imagine encore porté sur la découverte de son conjoint, le candaulisme prend ses marques. L'envie de voir son tendre et cher dans les bras d'une autre... Ou plus répandue, l'envie du mari que sa femme jouisse de volupté en compagnie d'un autre homme.


Candaulisme : Moral ou immoral, là n'est pas la question

Ce comportement, considéré comme déviant par bien des couples, met au contraire d'accord tous ceux qui ont une vision plus élargie de la vie sexuelle à deux.

Généralement conscients des tiraillements auxquels les journées les confrontent, les couples candaulistes, plutôt que de résister, acceptent leur "faiblesse".

Mais s'agit-il vraiment d'une faiblesse, de ne pouvoir garder son compagnon comme unique partenaire sexuel tout au long de sa vie ?

Ou cela pourrait-il être plutôt vu comme un comportement qui amène à l'épanouissement ? En y regardant de plus près, serait-ce plus immoral qu'un "classique" plan à trois ?


Progression vers des jeux à trois, ou plutôt à "deux plus un"


Rarement un homme grandit avec des gênes qui plus tard le pousseront à vouloir partager sa femme avec un autre. Cette posture d'homme généreux avec son prochain se bâtit au fil des ans. D'un caractère peu jaloux et sûr de lui, un conjoint candauliste fait avant tout confiance à sa partenaire.

Même chose quand une femme laisse son chéri vaquer à des jeux coquins en solo. Dit autrement, l'assurance préalable de ne pas être trompé permet finalement... de l'être pleinement !

Si les débuts autour de ces jeux se font timides, il faut bien commencer d'une manière ou d'une autre. Au travers de jeux sensuels et sexuels, un membre du couple ose se lâcher et avouer un premier fantasme. L'autre lui répond, avec pourquoi pas l'envie de faire monter d'un cran la température. Assez communément, la présence d'une troisième personne entre dans le fantasme. Quand ce trublion ne se montre pas actif avec les deux, il l'est au moins avec un. Et souvent, c'est ce que souhaite l'homme ou la femme du couple : Être voyeur de son conjoint en plein ébat avec une personne inconnue.


Complicité, confiance, consentement mutuel : les 3 règles de base du candaulisme


Accueillir cette personne au sein de son couple ne se fait pas sans réserve. Le prétendant doit montrer "patte blanche" et convenir aux deux amoureux. S'il doit plaire à celui ou celle dont il sera l'amant, il doit aussi entrer dans les goûts du conjoint voyeur. D'abord sur un plan purement physique, mais aussi et surtout sur le plan cérébral.

En effet, une complicité forte doit se nouer entre l'amant et le conjoint qui reste spectateur. Là, des échanges préalables sur un forum de rencontre peut clairement aider à identifier s’il y a feeling ou pas.

Si ce n'est pas pour l'organisation des rencontres, des jeux plus poussés peuvent naître entre les deux complices. Notamment, une relation d'amant à cocu, parfois de dominant à dominé au sein des couples qui tendant vers les jeux dits "cuckold".

Mais quel que soit le niveau des jeux candaulistes pratiqués, le maître mot reste avant tout la confiance. Celle-ci doit exister totalement, d'une part entre les deux membres du couple, et d'autre part entre l'amant choisi et chaque conjoint.

Photo crédit : Jessica Van Heel "Tender" 2005





#sexualiteludique #orgasme #candaulisme #triolisme #voyeur #fantasme

271 vues