• Nathalie Giraud Desforges

L'orgasme anal ou la jouissance en tout lieu

Chères lectrices, Chers lecteurs, Indiana Joy L’aventurier des plaisirs nouveaux est de retour.

J’ai vécu récemment une expérience de jouissance tranquille et d'orgasme anal en portant l’un de mes plugs anaux, qui me parait intéressante de partager avec vous.


jouissance anale orgasme anal


Être « démasqué » dans son intimité gênant ou excitant ?


L’autre jour, je portais un plug qui me semblait très fin et invisible pour autrui. Pourtant, ma femme que pour mes témoignages j’appelle Marion, me demanda si j’étais en train de porter un de mes « trucs » dans les fesses. je répondis par l’affirmative.

Elle me certifia que, pour elle, c’était aussi visible qu’une protection périodique ! Quel coup d'oeil !

De là, je me suis questionné sur ce que cela me faisait d’être surpris dans mon intimité par elle et par autrui.


Démasqué par elle d’abord, j’ai particulièrement apprécié cet échange, car c’était factuel et sans aucun jugement ni préjugé. Aucune remarque ni pour ni contre le fait, que je sois potentiellement surpris à l’extérieur comme un porteur de plug en sortant seul, pour faire une course comme je l’avais prévu.

Ainsi c’est non seulement l’esprit léger que je suis allé faire la course prévue mais détendu du cul ! Et qui dit serein et décontracté dit plus de sensations éprouvées...

Merci Marion, pour ce moment que tu m’as permis d’avoir.


Orgasme anal en plein jour


Ensuite nous avons fait ensemble une sortie culturelle, toujours pluggé pour ma part !

Quel chemin, quelle ouverture d’esprit de la part de ma femme depuis la première fois où elle a vu que je m’auto-érotisais.

J'avais fait part de mon expérience de découverte du plaisir anal masculin pour le blog de sexothérapie de Nathalie.

Aujourd’hui, pas de gêne à marcher à côté de moi , enculé et mordant de temps à temps mes lèvres de jouissance, l'orgasme anal venant par vague successive, si moi je l’assume et qu’à l’extérieur je le fais discrètement, pour elle ça lui convient.


Stop ou encore le plug anal en plein jour ?


Les seules questions qu’elle me pose parfois sur mes jouets sont :

Sur l’hygiène, savoir si je n’ai pas mal aux fesses en les portant et pourquoi j’en ai plus de 10 !

À chacune de ses questions je réponds sans détour :



Je les nettoie avant et après usage , sur ceux en silicone je mets un préservatif car la matière me semble plus poreuse et comme les jouets ont tendance à sentir le pétrole , je ne veux pas qu’ils attrapent de mauvaises odeurs.

Pour le mal aux fesses je lui dis sur c’est tout le contraire et que j’aurais cessé depuis longtemps si ça n’était pas aussi plaisant.

Et pour la quantité de plugs, c’est comme pour la littérature, le cinéma, la théâtre, la nourriture chacun apporte des plaisirs différents.


En conclusion : Il est plutôt excitant pour moi d’être démasqué en étant pluggé, par Marion.


Un petit côté transgressif sans en avoir l'air


Pour ce qui est d’autrui c’est plus contrasté.

Il y a un côté excitant à ressentir du plaisir vu par autrui en imaginant que je pourrais être surpris dans ce qu’il y a de plus intime.

D’autant que s’ils perçoivent une forme à l’arrière de mon pantalon, si je suis, en plus, accompagné par Marion, ils penseront avoir mal vu. Un homme hétéro portant un plug c’est inimaginable, ils n’ont pas pu entrevoir ça, il faut changer de lunettes !


Dans mon cas, quand je suis pluggé en pleine rue c’est l’hypothèse d’être vu qui peut être excitante si je m’imagine qu’une personne

ouverte d’esprit soit interloquée et rougisse avec malice en regardant mon fessier.

Cependant cela a des limites : Être vu habillé avec mon sextoy pourquoi pas, par contre, vu en sous vêtement que ça soit pluggé ou pas me gênerait considérablement. Je ne suis pas exhibitionniste, moi !

Hormis, l’épisode pourtant plus qu’intime, avec l’une des participantes au stage d'exploration du plaisir prostatique où fesses nues sous mon paréo non seulement je n’avais pas été gêné qu’elle joue avec le plug dans mon fondement et j’avais eu un orgasme (comme jamais ressenti) en criant le vrai nom de Marion.


Depuis cette expérience , je me suis enhardi et j’assume pleinement le port en public de mon plug anal.

Mon but principal est la sensation de plaisir.


Expérience d'un orgasme anal chez le kiné



ballon love

Me rendant chez le kiné, j’ai eu une expérience très intéressante lors des étirements sur les appareils avec le ballon.

D’abord pluggé, et habillé en tenue adéquate et sportive (legging et chemise de sport).

L’exercice demandée par le kiné, consistait à allonger les jambes sur un ballon en plastique jambes tendues puis il fallait faire rouler ce même ballon afin de le chevaucher puis de refermer les jambes jusqu’à ce que le ballon touche les fesses.

Après avoir fait cet exercice quatre à cinq fois, je dois avouer que cela m’a donné un autre plaisir que celui de faire travailler mon squelette.

J’ai dû ruser pour ne pas montrer que je ressentais un plaisir très intense, je gardais pour moi mon petit orgasme anal.


Plug anal zéro gêne chez le kiné


Conclusion de cet événement : d’une part, je n’ai pas ressenti de gêne alors même qu’avec les vêtements moulants que je portais il est probable que mon jouet anal se voyait et j’ai éprouvé un grand plaisir à faire cet exercice.

Ce n’est pas la première fois que je fais cet exercice cependant c’est la première fois que je le fais ainsi appareillé.

Outre le plaisir que j’ai ressenti, j’ai l’impression d’avoir davantage réussi à faire les étirements ! »


Imaginaire collectif et port d'un sextoy anal en plein jour


Dans l'imaginaire collectif, un homme qui donne la main à sa femme ne peut pas porter un sextoy, D’ailleurs, Marion m'a dit un jour: « qui pourrait s’imaginer, que toi, tu te mets des trucs dans le derrière ! ».

C’est peut-être pour cela que cela ne la gêne pas que je sois pluggé en tout lieu, je suis « insoupçonnable », un père de famille respectable.

Les préjugés ont la vie dure, l’entrée des artistes, n’est « normale » que pour les homos et les femmes!


Curiosité et ouverture d'esprit


Se sodomiser ou se faire sodomiser est une inversion des rôles dans un couple hétéro, ce serait donc la première étape avant de faire son coming out d'homo ?

Mais pas du tout ! Non cela signifie être curieux, c’est faire preuve de lâcher prise.

C’est surtout une jouissance incomparable qui peut se faire en toute discrétion et en tout lieu, même seul. Cela ne remet pas en cause mon identité sexuel ou mon genre.


Cis-genre je suis, et je reste en accord avec mon sexe



Si je prends mon propre exemple, j’aimerais être pénétré, "chevillé" par ma femme, faire l'expérience du pegging mais par personne d'autre que par elle.


Nous avons tous un côté exhibitionniste plus ou moins refoulé que nous pouvons parfois laisser voir à d’autrui avec leur autorisation, sinon « faites entrer l’accusé-e ».

Cela peut-être stimulant et donner des sensations plaisantes, simplement en marchant ou étant dans une tenue moulante chez le Kiné, le cul sodomisé pendant les exercices.


Me concernant dans mon couple avec Marion, dans l’équilibre que nous avons trouvé, l’ouverture d’esprit , la communication et l’absence de préjugé ont fait en sorte que notre couple fonctionne toujours en étant en mutation.



Chères lectrices, chers lecteurs si vous avez aimé ce témoignage je vous demande de liker, le commenter et le partager sur les réseaux sociaux.


À bientôt, pour un nouveau témoignage ou un nouveau texte produit.


Indiana Joy, aventurier des plaisirs nouveaux

287 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout