• Nathalie Giraud Desforges

Un journaliste de Neon Mag a testé notre atelier sur le « plaisir prostatique »

Mis à jour : 10 déc. 2019


Le plaisir prostatique a le vent en poupe depuis quelques temps et nos ateliers d'exploration du massage de la prostate aussi !


Article publié dans le magazine papier NEON en août-septembre 2019 avant d'être posté sur le net le 16 octobre. Merci à MKP qui se définit comme un "simple hétéro de base, qui se dit que c’est quand même con qu’une zone de son corps soit encore tabou !"

Je lui laisse le mot de la fin :

"Je peux vous certifier une chose : je suis rentré chez moi détendu, mais vraiment très détendu du slip."


Et oui, dans notre inconscient collectif, il y a un rejet des pratiques sexuelles non standards.

Parce que l'exploration du plaisir prostatique n'a, non seulement rien à voir avec une sexualité tournée vers la procréation, mais aussi qu'elle passe par la porte de derrière "l'anus", cette pratique attire autant qu'elle repousse les femmes comme les hommes.

A moins d'être un humain curieux et ouvert d'esprit désireux d'aller explorer le vaste champ des possibles offert par le corps ...

Quelques mots encore de notre journaliste qui relate les différentes étapes de notre atelier.


"Avant de passer tous ensemble à la pratique, nous avons droit à un cours magistral avec rétroprojecteur. A l’aide de planches anatomiques, on nous apprend à la localiser. Adam : « La prostate, souvent appelée la “mal-aimée” ou encore “point P”, est une petite glande qui se situe juste sous la vessie. Elle peut peser de 20 à 40­grammes selon l’âge. Son rôle dans le corps est de produire le liquide séminal qui compose le sperme. Ce liquide protège les spermatozoïdes du pH acide du vagin. Et le meilleur moyen d’y accéder, c’est par l’anus. » On enchaîne sur un peu d’histoire. Nathalie nous explique que son potentiel orgasmique est connu depuis des millénaires en Inde et en Chine, où celle-ci est surnommée le « chakra rouge ». En Occident, en revanche, ce n’est pas la même sauce : « Avec le monothéisme, l’anus, c’est Sodome et Gomorrhe, le péché… Dans notre inconscient collectif, il y a un rejet des pratiques non standards, on a encore une sexualité basique limitée au pénis dans le vagin… »

D’après Adam, l’orgasme prostatique est un orgasme beaucoup plus voluptueux et long qu’un orgasme éjaculatoire. « Ça crépite dans tous les sens et ça peut durer plusieurs minutes ! En revanche, la stimulation du point P demande beaucoup d’apprentissage. Il faut plusieurs séances et prendre son temps pour bien connaître cette zone. » Tout l’inverse de la sexualité de performance, donc."


Pour en savoir plus, lire l'article complet

Orgasmique plaisir prostatique !



#plaisirprostatique #prostate #massageprostate